Le film La Griffe et la Dent

François Bel / Gérard Vienne    

45 heures de rushes

et 30 heures de son stéréo

Une technique sophistiquée véhiculée par trois véhicules 4X4 chargés de matériel, deux caméras 35mm, des projecteurs prototypes, un groupe électrogène insonorisé et…

plus de deux années dans l’Est africain.

SORTIE EN SALLE AVRIL 1977

La

vraie nature 

animale

Extrait vidéo 34”

La Griffe et la Dent

Réalisation François Bel, Gérard Vienne / 1976

La Griffe et la Dent est le premier long métrage 35 mm en son stéréo où la faune sauvage a pu être filmée de nuit.

« Au fur et à mesure du tournage, notre film a été peu à peu ressenti comme une contemplation.

Nous voulions redécouvrir la nature des premiers âges. Monter comment des espèces d’une grande variété paraissent coexister paisiblement dans l’indifférence…

…mais aussi comment, la nuit, se révèle le comportement des grands prédateurs  dont les armes de survie sont « la griffe et la dent. »

« La réalité animale est, à elle seule, suffisamment fantastique, pour qu’il soit inutile de la romancer. »

« Notre film n’a pas de commentaire. N’ayant rien à démontrer, cherchant seulement à montrer, nous avons laissé la parole aux seuls animaux dont les cris et les chants deviennent musique.

Pourquoi faire intervenir une voix humaine, une pensée humaine là où l’homme n’existe pas, n’intervient pas ? »



« Nous voulions seulement montrer la réalité sans aucune tromperie ni concession, simplement des animaux et la vérité. Dans la nature, vie et violence sont intimement liées. Il n'y a pas de justice, pas de liberté comme nous comprenons ces termes. Il n'y a souvent que la loi du plus fort. Ce que nous prenons pour de la cruauté avec les animaux n'est que la faim, la loi nécessaire de la survie. »

La vie sauvage telle qu’elle est

La Griffe et la Dent

Réalisation François Bel, Gérard Vienne / 1976

Extrait vidéo 50”

« Peut-être nous reprochera-t-on la violence de certaines scènes : mais dans le monde où nous avons pénétré, la vie et la violence se confondent, et nous avons choisi ni de l’adoucir, ni de l’assombrir. »


« Ce n’est pas un film sur les animaux, mais un film avec les animaux. L’image les restitue tels qu’ils sont dans leur liberté sauvage, dans leur milieu naturel, dans leur environnement biologique. »

« Cette conception s’inscrit dans le souci de donner au film une autre dimension, celle d’un opéra, où l’espace dramatique se construit entre ciel et poussière, entre jour et nuit, entre Vie et Mort. »

François Bel et Gérard Vienne

Extrait vidéo 23”

Interview François Bel - 1998 / À propos de La Griffe et la Dent

Haut de page